Jour 4 : Centre médical de Dalidakt

L’année dernière, j’ai également rendu visite à Samuel, et pour être honnête, j’étais très inquiète pour lui toute l’année dernière.
L’année dernière, il ne se sentait pas très bien et il avait du mal à trouver sa place dans une équipe où la plupart des gens travaillaient ensemble depuis déjà longtemps.
Ses conditions de travail étaient loin d’être idéales : la plupart de ses équipements étaient vieux, sales ou cassés.
Il avait également peu confiance en lui et il m’a dit qu’il s’inquiétait toujours qu’un jour viendrait où une femme serait amenée chez lui et qu’il ne pourrait pas l’aider.
J’ai pris conscience de ce que « Adoptez une sage-femme” exige des participants : travailler dans des zones reculées, souvent dans des conditions difficiles.
Une sage-femme néerlandaise ne tiendrait pas une journée.
Par chance, il m’arrivait parfois d’avoir des nouvelles de Samuel grâce a Melaku (voir ci-dessous), mais honnêtement, je ne m’attendais pas à ce qu’il travaille encore au centre médical.
J’ai été surprise de voir un Samuel complètement changé quand je suis arrivé à Dalidakt.
Fier et confiant, mais toujours aussi humble et amical, il nous a montré la nouvelle “clinique mère et enfant”.
En accord avec l’autorité sanitaire, il a pu travailler dans un bâtiment flambant neuf où il a pu trouver sa place.
Avec un petit budget, il essaie de tout garder propre, par exemple en recouvrant les sols de linoléum et les draps autour des matelas de bâches en plastique.
Certaines choses si naturelles ici peuvent être si difficiles là-bas.
Il y a quelques jours, une nouvelle sage-femme a commencé à travailler au Centre médical de Dalidakt. Elle est nouvellement diplômée et n’a pas encore beaucoup d’expérience professionnelle. Pourtant, c’est bien pour elle et Samuel de partager la responsabilité.
Samuel a récemment suivi une formation de base en soins obstétricaux d’urgence et plusieurs autres cours pour l’aider à mieux se préparer à son travail.
Il m’a dit quelles complications il avait eu à soigner et comment il avait fait et que tout s’était bien passé. Une femme qu’il devait souvent emmener à l’hôpital à Woliso (à plusieurs heures en voiture, Samuel lui donnait souvent deux perfusions avant le voyage), a récemment rendu visite à Samuel dans la clinique, pour le remercier et lui dire qu’elle allait bien. C’est merveilleux !
Comme Samuel ne disposait pas d’un appareil adéquat pour désinfecter ses instruments, nous lui en avons acheté un dans la capitale. Il a fièrement posé avec la nouvelle acquisition sur la photo.
Dans les mois à venir, il prévoit d’ouvrir une « salle d’attente pour les mères », en particulier pour les femmes enceintes vivant loin de la clinique. Cela sera certainement très utile, d’autant plus que la saison des pluies est imminente.
Il a déjà acheté les lits et les matelas et nous avons participé pour les draps et les couvertures.
Comme à Jilela, nous allons également résoudre le problème de l’eau à Dalidakt.
Samuel était ravi de toutes les provisions que nous lui avons apporté, y compris la lampe solaire.

This entry was posted in actualites. Bookmark the permalink.

Comments are closed.